Secrets des anciens


.: Les secrets de nos ainés, mais jeunes dans leurs âmes d’enfant! :.

Le secret serait-il qu’il n’y a pas de bons pilotes mais qu’il n’y a que de vieux pilotes?

  Devenir un vieux pilote ne serait-il pas l’objectif à donner à toute personne qui se lance dans cette aventure en démarrant une formation aéronautique?

  Deux pionniers de l’aéroclub sont toujours présents:

  Roger qui a appris à voler chez nous où il a accumulé près de 500 heures de vol de 1970 à 2010. Sa dévotion au club a été sans faille et ses fonctions électives on été remplies d’une manière exemplaire qui s’apparente à du professionnalisme. De plus, sa gentillesse n’a pas d’égal.

  Pierre qui est actuellement le doyen du club. Il a été notre chef pilote historique, et a volé, en tant que pilote de 1954 à 2008. Sachant que professionnellement, il était mécanicien naviguant d’essais, il totalise près de 6000 heures en tant que pilote et 7000 heures en tant que mécanicien. Il continue, toujours à 87 ans, à « morpionner » les cockpits ! Sa soif de voler, l’a conduit à voltiger jusqu’à 75 ans. Il a un jour connu un moment de doute, immobilisé chez lui par les hasards de la vie. Cette situation peu enviable en le clouant au lit, l’a incité à méditer sur sa situation de pilote, à réfléchir sur lui-même et à faire le bilan objectif, « face à son miroir ».

  Il était notamment dans le doute sur sa capacité à revoler un jour. Pourrait-il encore s’envoyer en l’air et instruire de nouvelles générations de pilotes? En tous les cas, il a su nous éclairer en utilisant ce temps pour ne pas le perdre: il a eu l’idée d’écrire le poème ci-dessous.

  Tout pilote qui connais un souci de santé ne se pose-t-il pas en premier cette question: pourrai-je voler à nouveau un jour?
Et si mon dernier vol était véritablement le dernier?
Tous ceux que j’ai rencontrés et qui ont connu ce genre d’épreuve de la vie, ce trou d’air soudain auquel ils ne s’étaient pas préparés l’ont en tous les cas ressenti…

Les initiés à l’art de voler savent que ce poème est riche de sens et qu’il est sage d’en appliquer les préceptes pour pouvoir devenir non pas un bon pilote mais un « vieux pilote ».

Merci Pierre et bons vols parmi nous: tu as encore tant à nous enseigner toi qui a connu les débuts de cet aéroclub.